Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/06/2011

Printemps des poètes 2011 ~ Classe 3°5

 

☺☺☺ Bienvenue au Printemps des Poètes ☺☺☺

baudelaire.jpg

Les élèves de 3°5

vous invitent à lire des poèmes

originaux de leur création.

  --------

 

Un jeu d'échec

  

C'est difficile de bâtir un sourire sur un visage,

Même si le sourire que j'ai sur les lèvres, cache la douleur que j'ai dans le cœur

Sourire et prétendre que tout va bien,

Est peut être la seule solution pour ne pas sombrer.

 

 

C'est impressionnant comme cet amour

S'en va, en silence et laisse des questions derrière lui.

C'est surprenant comme une personne vivante

Peut devenir en un instant, une personne ténébreuse.

 

 

Je pensais être comblée, ne manquer de rien

Avoir trouvé le prince charmant, être la reine de son cœur

Mais en fait ce n'était qu'un jeu d'échec

Dont il était le roi et moi un simple fou.

 

 

Lettre à un défunt :

 

Et tu es parti au petit matin, en laissant ta main dans ma main, à jamais seule et à l'avenir incertain Et ma vie se transforme en un cauchemar sans fin.

 

Tu as dit m'aimer et pourtant tu m'as abandonnée, Je suis comme cette ville sous la pluie, aussi triste et glaciale que la nuit. Tu as laissé ton parfum dans ce lit. A présent vide et sans vie. Mais quelque fois, je retrouve dans tes lointains sourires, la flamme de nos souvenirs.

 

Mon cœur saigne à l'intérieur de ne plus pouvoir goûter au bonheur. Et même si je savais inévitablement, qu'était venu ton heure, j'ai toujours aussi peur. A tes cotés est ma place. Sans ta pureté, plus rien ne se passe. Ni les colombes ne volent, ni les oiseaux ne chantent. Seulement une sombre solitude qui me hante.

 

Mon regard s'est noyé dans le tien, pour toujours. Alors je prie pour te rejoindre mais Dieu est sourd. Mon âme est assourdie par la souffrance et par la haine. Mon âme est si froide que mes habits sont en laine.

 

Ma douleur est intarissable, comme prisonnière du sable. Ma vie connait le chaos. Et tournent autour de moi des centaines de corbeaux.

 

Grand est mon désir d'être avec toi. Grand est mon désir de pouvoir déposer un baiser sur tes lèvres, comme autrefois.

 

Est-ce vraiment toi, cet ange aux ailes immaculées que je vois désormais dans mes plus profonds rêves? Si c'est bien toi, alors je souhaite ne plus voir le soleil qui se lève.

 

Enfin sache que sur cette terre, il n'existe aucune arme qui pourrait combler le vide que font mes larmes.

 

 Pensée Noire : 

  

Une pensée noire,

Quelque chose qui ne me ressemble pas,

Une larme de désespoir,

L'abandon de soi.

J'ai la peine de tant de choses,

Je me sens tout à coup seul,

Je m'aperçois que ma vie n'est pas une rose.

J'ai du mal à vivre,

Je sais que cela est triste,

N'y-a-t-il aucune chance que le bonheur me revienne un jour ?

Je me disais que tout cela était du passé,

Et je réalise qu'il ne m'a jamais quitté.

Maintenant il est trop tard,

J'ai perdu tout espoir en moi.

 

 

Lune Morte :

Astre blême et sans couleur

Tu apparais mystérieusement

Longtemps de toi j'ai eu peur

Mais je t'ai observé souvent

 

Ta lumière parfois si faible

Rythme ta vie nocturne et noctambule

Tu voles tel un aigle

Traversant le crépuscule

 

Arpentant le ciel noir

Dans ton sillage de brume

Tu te nourris d'espoir

De fuir ton infortune

 

Chaque jour tu montres un autre visage

Fuyant le soleil

Caché derrière les nuages

Quelquefois tu arbores une couleur miel

 

Il te poursuit dans tes errements

Il te jette un sort

Au petit jour tu vis ta mort

 

Un jour peut être as-tu vécu ?

 

 

Heureux qui comme rêveur …

 Heureux qui comme rêveur

A la nuit tombée ferme ses paupières

Ce rêve d'enfance

 

Ce rêve plein de couleurs

Vous emplit de bonheur

Vous emplit de douceur

 

Ce rêve mélancolique

Vous réchauffe le cœur

Ce rêve au profond du soir

Vous inquiète dans le noir

Vous fait vous émouvoir

 

 

Heureux qui comme rêveur

Retrouve dans son lit ses rêves de douceur

Ou parfois se trompe de chemin

Si c'est un cauchemar...

 

 

 

Les Saisons

 

Ce sont ces saisons qui passent,

Comme le vent file entre nos mains,

Et la terre n'est t-elle pas si lasse,

De voir défiler ce bal.

 

Cette brume qui m'assaillit,

Ce froid qui m'engourdit,

Et cette lumière qui meurt,

Et l'hiver qui approche.

 

Puis ces prairies qui fleurissent,

Les bois retrouvant leurs verdure,

Ces oiseaux qui chantent,

Et le printemps qui arrive.

 

 

Hymne à la nuit

 

Je la vois au crépuscule

Drapée de noir, soufflant une blanche bulle,

Chantant dans un chœur astral,

Où les étoiles entrent dans le bal.

 

Je sors au clair de lune

Parcourir dune sur dune.

Tout entouré d'obscurité apaisante,

La dame de folie m'aide pour avaler cette pente.

 

Là sous le voile du sommeil

Je prie pour que jamais je ne m'éveille

Et demeurer avec la gardienne des rêves.

 

Puis lorsque se couche le cercle de pureté

Je dois me retourner

Et laisser l'aube se lever

 

 

La Dormeuse :

Elle est allongée sur un grand lit, couverte de pétales de

Roses et vetue deb ses plus beau atours.

Elle dort paisiblement , un léger sourire flottant sur ses douces lèvres.

Entourée des membres de sa famille tous vetus de noir,

Certains pleurent , d'autres ont le regard perdu sur son beau

Visage.

Sa lumière s'est éteinte pour laisser place à la nuit , la

Mort s'en est allée avec elle.

Qui sait ? Peut-etre est-elle heureuse dans un autre monde?

 

Le Jour se Meurt :

 Torrent de lumière, le crépuscule illumine tout la foret,

Eclairant, fougère et chênes centenaires.

Le jour s'en va,mourir ici.

Les fleurs se ferment, la brume monte

Couvrant d'un voile fin l'horizon .

Les effluves lourdes se dissipent, peu à peu .

Les chants des oiseaux s'éteignent.

Calme, tranquille, la nuit emporte le jour .

Renaitra-t-il ce phénix de lumière?

Nul ne le sait .

Mais tous l'espèrent

Ces vents, ces flots , cette lumière

Survivront -il a cette mort certaine ?

 

Paul LAVAL

 

 

 

 

Il y a la verdure, la forêt, les fleurs,

L'odeur des fougères, des sapins verts

Et puis il y a toi ; sans toi, je me perds,

Je dépéris, je fâne, je meurs

 

Tu es ma raison de vivre, ma joie, ma peine!

Sans toi, comme une coquille vide, je suis l'ombre de moi-même Cette nouvelle fragrance que tu sèmes

Autour de toi et qui m'attire, m'envoûte, m'amène

 

A venir vers toi, à t'aimer, à te désirer.

Ce qui a pour effet de me rendre heureux,

Car tu m'as choisi et tu m'as vraiment comblé ;

Parce que tu es là ; tu es vraiment ma destinée.

 

Et maintenant, je suis ton âme sœur

Et tu es l'élue de mon cœur.

Le feu de notre amour brûle

A jamais, maintenant que nous sommes ensemble!

 

 

Yevgeniy Haas

 

 

 Le secret

 

Le secret du temps

est de ne pas le tuer

mais de l'utiliser

à bon escient.

 

Ce qui doit être

tenu secret

 

Le secret du bonheur

ne doit pas être insensé

mais doit être dans ton cœur

ainsi tu vas le trouver

 

Ce qui doit être

tenu secret

 

Le secret de l'avenir

est de le laisser

nous envahir

et ainsi nous guider.

 

Ce qui doit être

tenu secret

 

Le secret de la réussite

est de s'imprégner

de ses erreurs passées

et de les rendre poétiques.

 

Ce qui doit être

tenu secret

 

AGRESTI Adrien – 2011

 

 

Espoir

 

Tu me manques,

Tu habitais vers les Calanques,

Tu aurais dû y rester,

Je venais tous les étés,

On se disait tant de secrets,

Tout en restant discrets.

 

Nous sommes allés à la mer,

A côté de Perpignan,

Mais il y avait beaucoup de vent.

On a dû s'installer sous le palmier,

Pour pouvoir mieux parler.

 

On ne s'est pas vu depuis longtemps,

Tu me manques tellement.

Un jour, du matin jusqu'au soir,

Je voudrais te revoir,

Car je commence à ne plus avoir d'espoir.

 

 

17:43 Publié dans Français | Lien permanent | Commentaires (0)